09 Octobre 2021

 

La Singularité des Langues

Colloque du Forum du Champ Lacanien du Liban

Temps restant pour le colloque

  • 00Jours
  • 00Heures
  • 00Minutes
  • 00Secondes

ARGUMENT

   Les langues entre diversité et singularité se trouveraient dans un rapport dialectique. Le sociétal, la littérature, la linguistique et la psychanalyse…, y interfèrent. Les questionnements se multiplient et invitent à des réflexions et des débats.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    La langue des sujets est articulée aux générations et au social d’une part, elle est articulée au réel de la jouissance d’autre part. Il s’agit d’une articulation en jeu entre le langage et lalangue. Dans ce sens, pourrait-on dire que le sujet est bilingue ?                                                                                    Lacan dit que les langues sont du « bois mort » et Colette Soler ajoute que « toute langue dite vivante parce qu’encore en usage est déjà une langue morte, autrement dit, le cimetière de toutes les jouissances vivantes » (<<Considérations sur lalangue, et les langues>> Colette Soler).                            Mais qu’est-ce qui fait la vie des langues ? Est-ce les remaniements des poètes, des écrivains, des artistes, les néologismes, la situation analytique ?Lacan relève que chaque langue a son propre génie et que chaque mot est une trace de jouissance. En alphabétisant, l’école relègue lalangue sous les structures grammaticales.                                                                                                                                                                                                                                                            Est-ce que le génie d’une langue arrive-t-il à s’infiltrer dans une autre langue ? Comment les mots se propagent-ils et comment s’usent-ils ?Les langues ne disent pas tout et Freud parle du flou de la langue. Se pose alors la question des traductions d’une langue à une autre. D’où la problématique de l’indicible et de l’intraduisible dans les langues et les idiomes.                                                                                                                                          Dans la clinique de lalangue, est-ce l’invention d’une nouvelle langue, dont il faudrait faire usage ?                                                                                            Chaque signifiant est particulier, d’où une langue propre à chacun. Mais qu’en est-il de l’échange entre deux sujets ? Que se passe-t-il entre les deux ? Comment s’établissent les liens véritables ? Ces liens sont spécifiques dans la psychose et Louis Wolfson en est l’exemple en tant qu’auteur américain, écrivant en français. Un schizophrène qui ne supporte pas la compréhension de lalangue.                                                                                      Qu’en est-il de la question actuelle de l’écriture inclusive qui sexualise la langue ? Est-ce une façon de faire en sorte qu’il n’y a pas une différence de genre ? Neutraliser le genre dans la langue, n’est-il pas lui donner une écriture illisible ?

     Nous n’avons pas fini d’interroger la langue du parlêtre. Ces quelques interrogations trouveront peut-être réponses dans les débats que ne manqueront pas de susciter les intervenants au cours du colloque.

     Les langues entre diversité et singularité se trouveraient dans un rapport dialectique. Le sociétal, la littérature, la linguistique et la psychanalyse…, y interfèrent. Les questionnements se multiplient et invitent à des réflexions et des débats.                 

     

     La langue des sujets est articulée aux générations et au social d’une part, elle est articulée au réel de la jouissance d’autre part. Il s’agit d’une articulation en jeu entre le langage et lalangue. Dans ce sens, pourrait-on dire que le sujet est bilingue ? 

 

Lacan dit que les langues sont du « bois mort » et Colette Soler ajoute que « toute langue dite vivante parce qu’encore en usage est déjà une langue morte, autrement dit, le cimetière de toutes les jouissances vivantes» (<<Considérations sur lalangue, et les langues>> Colette Soler )

Mais qu’est-ce qui fait la vie des langues ? Est-ce les remaniements des poètes, des écrivains, des artistes, les néologismes, la situation analytique ?

 

Lacan relève que chaque langue a son propre génie et que chaque mot est une trace de jouissance. En alphabétisant, l’école relègue lalangue sous les structures grammaticales.

Est-ce que le génie d’une langue arrive-t-il à s’infiltrer dans une autre langue ? Comment les mots se propagent-ils et comment s’usent-ils ?

Les langues ne disent pas tout et Freud parle du flou de la langue. Se pose alors la question des traductions d’une langue à une autre. D’où la problématique de l’indicible et de l’intraduisible dans les langues et les idiomes.

Dans la clinique de lalangue, est-ce l’invention d’une nouvelle langue, dont il faudrait faire usage ?

Chaque signifiant est particulier, d’où une langue propre à chacun. Mais qu’en est-il de l’échange entre deux sujets ? Que se passe-t-il entre les deux ? Comment s’établissent les liens véritables ? Ces liens sont spécifiques dans la psychose et Louis Wolfson en est l’exemple en tant qu’auteur américain, écrivant en français. Un schizophrène qui ne supporte pas la compréhension de lalangue.

Qu’en est-il de la question actuelle de l’écriture inclusive qui sexualise la langue ? Est-ce une façon de faire en sorte qu’il n’y a pas une différence de genre ? Neutraliser le genre dans la langue, n’est-il pas lui donner une écriture illisible ?

     Nous n’avons pas fini d’interroger la langue du parlêtre. Ces quelques interrogations trouveront peut-être réponses dans les débats que ne manqueront pas de susciter les intervenants au cours du colloque.

INTERVENANTS

Phillipe Madet

Psychanalyste à Bordeaux, ME de l’EPFCL.

 

Mario Binasco

Psychanalyste, AME, Professeur Emérite de Psychopathologie des Liens Familiaux, Université Pontificale du Latran, Rome – Membre Fondateur et Conférencier ICLes (Institut pour la Clinique des Liens Sociaux.

Bella Aoun

Psychanalyste, Membre Fondateur du Forum du Champ Lacanien du Liban, Professeur-assistant à l’Université Libanaise.

Julieta De Battista

Psychanalyste, AE 2018 – 2021 EPFCL, Docteur en Psychopathologie de l’Université de Toulouse.

Marie-José Latour

Psychanalyste, Membre de l’École, AME, Enseignante au Collège de Clinique Psychanalytique du Sud-Ouest.

 

Mariette Aklé

Psychanalyste, Membre du Forum du Champ Lacanien du Liban, Docteur en Psychopathologie et Psychanalyse, Psychologue Clinicienne, SEHA SSMC Mayo Clinic Abu Dhabi – Émirats Arabes Unis.

Anna Wojakowska-Skiba

Psychanalyste ME de l’EPFCL, Psychologue, Membre fondateur du Forum Polonais du Champ Lacanien.

Zehra Eryoruk

Psychanalyste, ME de l’EPFCL, Membre du FCL-Brabant et du FCL-Turquie, Enseignante au FCL Turquie, Chargée de cours dans l’enseignement supérieur social (Mons-Belgique).

l’enseignement supérieur social (Mons-Belgique).

Elie AL Helou

 Head of Department, Educator, BA in Clinical Psychology.

Colette Soler

Psychanalyste formée par Jacques Lacan, ancienne AME de son École, Agrégée en Philosophie, Docteur en Psychopathologie. À l’origine des Forums et de l’École Internationale du Champ Lacanien– IF-EPFCL, AME de l’EPFCL. Nombreuses publications.

PROGRAMME

Allocution de bienvenue
MYRNA CHAWBAH 
Psychanalyste, Membre du Forum du Champ Lacanien du Liban, Docteur en Psychologie à l’Université Libanaise.
Ouverture de la Journée
MARC STRAUSS
Psychanalyste, AME de l’EPFCL, Membre Fondateur des Champs Lacaniens – IF-EPFCL, Psychiatre, Enseignant au Collège de Clinique Psychanalytique de Paris.

Table 1

10h30-12h

 LE NON-INSCRIT ENTRE LES LANGUES

ROWENA GHOCH

Membre du Forum du Champ Lacanien du Liban, Master en Psychologie. 

Philippe Madet

 L’affaire de la traduction

« Que nous dit, en dehors de la polémique, l’affaire de la traduction du poème d’Amanda Gorman? Que la langue, premier patrimoine, est une affaire sensible, qu’elle n’est pas seulement un outil de communication, qu’elle nous fait humains bien plus que notre cerveau, qu’au-delà du sens des dits qui en sont issus, il y a autre chose à entendre.

Il y a autant de langues que d’êtres humains et toute langue est de ce fait étrangère. Par métonymie, l’affaire de la traduction interroge aussi ce qui autorise un analyste à écouter un analysant. La question du bilinguisme pour le sujet se pose toute autant pour l’analyste qui entend une autre langue que la sienne, une langue faîte en partie de bois mort mais aussi d’essences vivantes. » 

Mario Binasco

L’abîme de Babel

Quelle est la chance de Babel – celle que l’épisode de l’Ecriture nous dit que même D–u a trouvé plus avantageuse pour les créatures humaines?  Non pas la tour, immense point de capiton posé en métalangage dernier et universel, mais plutôt l’abîme qui s’ouvre dans la structure de l’humain parler, dans la récursivité de ses parenthèses et dans l’indécision chaque fois répétée en acte de la place du 1. Sans malentendus et équivoques, quels liens de parole et de discours, de vérité et de réel, pourraient-ils exister pour les parlêtres?

Bella Aoun 

Autistes verbeux à l’appui des bords 

Ordinairement, on se représente l’enfant autiste comme non-parlant, ou comme fuyant la parole. Je vais dans ce texte tenter de saisir le verbiage de l’autiste et monter qu’il peut être un enfant verbieux. Chez l’autiste, le verbiage prend lieu là où l’énonciation est absente. La jouissance vocale ne chemine pas alors dans le champ du langage. La carence du S1 enchaîné avec l’identification primordiale serait le résultat de ce verbiage.

Table 2

12h-13h30

 DE LALANGUE DANS LA CURE ET DU PROCÉDÉ DE LA LANGUE

AHMAD HALLOUM

Membre du Forum du Champ Lacanien du Liban, Master en psychologie.

Julieta De Battista

Élangues de la fin de l’analyse :

À propos d’une polyphonie de l’extimité

Dans le séminaire XXIII, Lacan emprunt à P. Sollers le terme inventé “élangues” pour se référer à l’injection d’une langue dans une autre langue, tel l’artifice joycien dans sa tentative d’helléniser l’anglais, mais aussi celui de Lacan dans la mesure où son élection hérétique du sinthome porte la marque de l’injection du grec dans la lalangue française. Élangues, Lacan l’associe à l’élation, et je propose d’interroger des effets d’élangues qui peuvent se produire dans la fin de l’analyse. Dans certains témoignages de passe on trouve qu’une autre langue s’injecte sur la lalangue maternelle, en produisant une sorte d’effet “translinguistique”, un transfert entre langues. Comme si dans ces moments de la fin il y aurait un élan vers d’autres langues, un effet d’élangues. D’où que la question des organisateurs de ce Colloque m’interroge : Est-ce que le génie d’une langue arrive-t-il à s’infiltrer dans une autre langue? Chaque langue a son génie et il y a des choses qui peuvent se dire mieux dans une langue et aussi d’autres qui même n’arrivent pas à se dire dans une autre langue. Dans les moments de la fin, les mots ne suffissent plus, et les langues semblent tourbillonner autour de l’innommable, en essayent de saisir encore l’écho dans le corps du fait qu’il y ait un dire. Si on prend comme point de départ ces possibles effets d’élangues de la fin, je me pose la question par rapport à la modalité de la passe dans notre école, qui se distingue pour être plurilinguistique. Est-ce que cette polyphonie favorise l’écoute de l’extimité, de la différence absolue ou plutôt elle fait obstacle ?

Marie-José Latour

Ce que sait lalangue

Lalangue ne s’apprend pas. 

Si elle est pour Lacan une déclinaison du savoir inconscient, on ne saurait la parler, bien plutôt c’est elle qui nous parle. 

Dès lors qu’est ce que le sujet peut apprendre dans et depuis son analyse quant à ce savoir imprenable?

Mariette Aklé 

La rhétorique des discours : Tautologie et pouvoir

Mon propos se situe dans les procédés de la langue. Je prends l’exemple de la tautologie à travers laquelle je vous invite à penser la rhétorique dans les discours. À ce faire, je me base sur ce que j’ai travaillé au cours de mes études doctorales et qui est le crime d’honneur. Je pars de Wittgenstein et la vérité des propositions vers une analyse de la tautologie à travers la proposition “l’honneur c’est l’honneur”. Le pouvoir de la rhétorique va, au-delà de sa certitude, jusqu’à justifier un meurtre.

Table 3

14h30-16h

 DE LALANGUE SYMPTOMATIQUE AU LANGAGE SOCIAL

PATRICK BARILLOT

Psychanalyste, AME de l’EPFCL, Psychiatre, Enseignant au collège psychanalytique de paris.

Anna Wojakowska-Skiba

La terminaison féminine

Le polonais est une langue flexionnelle donc les mots y sont infléchis en fonction des cas et du genre féminin ou masculin. Bien que, suite aux demandes des mouvements féministes, le Conseil de la langue polonaise ait statué en novembre 2019 que les formes féminines des noms sont un phénomène naturel avec une longue tradition, dans la pratique, cela est perçu par certains hommes et certaines femmes comme une barbarie linguistique. Si, comme le disent les linguistes, le langage est une création vivante et évolue avec la civilisation, pourquoi la terminaison féminine est-elle un objet de convoitise pour les un(e)s et de mépris pour d’autr(e)s ? La psychanalyse de Lacan peut-elle apporter un éclairage à ce phénomène de l’asymétrie entre les sexes dans le langage?

Zehra Eryoruk 

De lalangue…

Lalangue n’a rien à faire avec la communication ni le dialogue et n’a rien à voir avec le dictionnaire non plus. Mais elle nous affecte dans ce que nous avons de plus singulier et de plus réel. Ses effets portent sur le corps, sur la jouissance du vivant – c’est dire qu’elle a un lien direct avec le symptôme. Bien qu’elle ait un rapport étroit à la grammaire, à la répétition et à  l’équivoque, elle nous dépasse car elle est hors sens, et donc Réel.  

Dans le séminaire Encore, Lacan a pu dire « l’inconscient est une savoir faire avec lalangue », quelle est l’effet de lalangue dans une cure analytique ? Comment affecte-t-elle le symptôme, la jouissance et la fin de la cure ?

Elie Helou

Lost in translation

L’homme dragon, ou Homo longi, est peut-être la dernière espèce découverte à ce jour. Si cela s’avérait vrai, ce serait l’une des plus grandes découvertes de notre temps. Dans le domaine du langage : comment les membres des différentes espèces qui vivaient ensemble dans le même temps et dans la même région communiquaient-ils ? Dans quelle mesure leur façon de communiquer est-elle semblable à la façon dont les membres d’une même espèce se parlent aujourd’hui ? Qu’est-ce que cela signifie lorsqu’un être humain s’adresse à un autre ? Surgissant d’un regard sur le passé, le texte traite des impasses des interactions humaines et de l’usage des signifiants, tout en éclairant les processus qui conduisent à l’usage du langage. Il remet en cause l’idée que les gens se comprennent parfaitement, afin de montrer que la traduction est une impossibilité. Notre meilleur pari est l’interprétation, voire au sein du même langage social.

Table 4

16h-17h30

Le Débat

MOUNIR CHALHOUB

Psychanalyste, Membre du Forum du Champ Lacanien du Liban.

Colette Soler 

LIMITE DES SINGULARITÉS LINGUISTIQUES

Pour nous rejoindre veuillez cliquez sur le lien suivant :

GALERIE

CONTACTEZ-NOUS